Le Commerce Ambulant

Une spécificité ancienne dans nos campagnes, une aventure originale…

A pied, à cheval… en camion, quatre générations de commerçants du même nom se sont succédées. Robert et sa femme nous ont raconté l’histoire de leur famille.

En 1904, la grand-mère de Robert vendait, sur le marché de Pontoise, des aiguilles, du fil et des boutons, dans une petite charrette à trois roues. Lorsqu’elle rentrait chez elle, à Courcelles-sur-Viosne, poussant sa charrette, elle traversait plusieurs villages, et, sollicitée par les habitants, proposait sa marchandise de porte à porte. Son mari était  » Compagnon forgeron  » (il avait accompli son Tour de France avant de se marier). Voyant que le commerce de sa femme prospérait, il décida d’agrandir la tournée. Pour cela, devenant charon, il forgea une charrette et acheta une jument aveugle (car il n’était pas riche) et en 1906, il prit la route pour une tournée plus importante, touchant davantage de villages, venant jusqu’à US. Son fils aîné prit sa succession.

Le fils cadet acheta, en 1922, une ferme à Commeny, et, après l’avoir transformée, ouvrit un magasin et entreprit des tournées aux alentours du village. Son camion devint familier à tous les villageois des environs. Robert, né en 1924, prit la succession de son père après la guerre et se maria. La famille de sa femme tenait depuis 1934, l’un des quatre café-tabac-épicerie de Commeny. Son épouse s’occupa du magasin. Robert effectuait les tournées, bientôt aidé par ses trois fils. L’aîné, Michel, a fait les tournées avec son père pendant trois ans, puis a décidé de créer son propre commerce : poissonnier uniquement ambulant.

Depuis avril 1979, Serge, le fils cadet a repris l’affaire de ses parents, sa femme tient le magasin, et lui fait les tournées avec son père.

La boutique porte, depuis la dernière guerre, l’enseigne :  » la Toile des Vosges « 

En effet, lorsque les affaires reprirent après les hostilités (1945), les marchandises étaient rares. La première chose que la famille put obtenir fut le linge de maison. Les fournisseurs étaient dans les Vosges où de petits ateliers fonctionnaient activement et la spécialité de la maison devint la Toile des Vosges.

Les tournées étaient établies dans un rayon de 30 kilomètres autour de Commeny et touchaient 30 communes.
De nombreux articles étaient proposés :

  • La mercerie : fils, cotons, aiguilles, boutons, laines…
  • La bonneterie : sous-vêtements, lingerie, chaussettes…
  • La confection : vêtements de travail et de ville…
  • Le linge de maison : draps, nappes, serviettes de toilette…
  • Les chaussures
  • Et tous les articles de bazar !

La clientèle est fidèle et a confiance. Mais dans les années 80, le commerce fermera car il devient de plus en plus difficile d’être compétitif. Les petites entreprises où il se fournissait fermant les unes après les autres, il lui devient très difficile d’acheter directement de la marchandise de qualité.

Les autres actualités